BurnOUT

2015

Exposition collective,

Galerie L'Amour.

burnout copie.jpg

«La grande sculpture de Pauline Bessières, qui domine la pièce (...) est suspendue en l’air comme une planète, et se confronte avec une projection d’arbres se balançant au gré du vent, dans une forme circulaire, comme un reflet de la sculpture suspendue. La légèreté dialogue avec la densité ; c’est un jeu de forces déjà présent dans le récit même qui a mené à l’élaboration de l’œuvre – un conte chinois racontant l’histoire d’un seau d’eau qui, renversé, ne permet plus d’y contempler le reflet du ciel ; « Plus d’eau, plus de lune » dit l’histoire. La dimension de la perte et des forces qui s’agitent pour rester en équilibre (les tiges de métal qui se contorsionnent de façon presque théâtrale, dramatique, cet imposant volume suspendu, le vent dans les arbres…) est bien présente, et ajoute une tension à ce qui pourrait n’être qu’une simple contemplation.»

 

Sarah Si Ahmed, 

Le Bourdon - Actualité de l’art contemporain, janvier 2016

burnout site internet.jpg
Capture d’écran 2017-03-20 à 19.26.18.png