LA MER

Installation & Performance sonore, bandes sons, table de mixage, moniteur de diffusion sonore

dimensions variables

2011- 16

 © 2015, IPN, vue de la performance

La Mer est un dispositif et une performance à géométrie et de dimensions variables. Dans certaines situations l’installation est autonome et nous sommes immergés au coeur d’un océan furieux. Aucun point de fuite. Les amas d’eau se brisent en nous. D’autres fois il est donné comme une performance; une femme est à l’origine du tumulte. Elle se meut, lentement, au milieu du fracas.

Dans tous les cas, les effets de démesure et de puissance sont en jeu. Ils interrogent notre corporalité et notre capacité à nous abandonner.

"(...) Sous l’immensité de la perte se tient une immensité du vestige. Intacte ou non, le vestige est ce qui vient porter la fragilité dans le temps et ce qui la confond à une vie continuée.
Il n’y a aucune intemporalité, aucune éternité; rien qu’un suspend qui se tend entre le temps d’une provenance et celui d’une réception. Plus l’objet ainsi concerné est lointain et ainsi conservé est fragile plus sa présence devient, surprenante. D’une certaine façon la fragilité qui est initiale qui est donné avec le matériau est la forme augmentée avec le temps. Chaque jours qui passe même si tout en lui à l’air tranquille défini l’espace d’un sursis. C’est dans le périssable que tout à lieu et que sont emportés les signes, les objets et ceux qui les regardent (...)".

 

Jean-Cristophe Bailly, conférence à l'Isdat, "Attention fragile", 2008

Pauline Bessières